Accueil NewslettersPage FacebookPage LinkedIn

telephone +41 24 423 96 50

Newsletters

« Newsletters plus anciennes

Industrie automobile : renforcement des contrôles ?

Publié le mardi 14 novembre 2017

L’industrie automobile, de par ses produits très largement utilisés et parfois dangereux, donne souvent les tendances en matière de stratégie et de technique de contrôle qualité. Ainsi il y a quelques mois, les grands acteurs de cette industrie ont décidé d’exiger d’eux-mêmes et de leurs fournisseurs de se plier à une norme mondiale désormais appelée IATF 16949. Voici les raisons principales qui expliquent ce développement :

1. Contrôler l’augmentation rapide du nombre de fournisseurs du secteur automobile
2. Assurer la performance du matériel utilisé
3. Assurer une qualité constante des pièces fabriquées
4. Maitriser mieux les coûts
5. Assurer la sécurité et la traçabilité des pièces détachées
6. Gérer les logiciels embarqués

Exit donc la norme ISO/TS pourtant spécifiquement produite pour le secteur automobile. Dans quelle mesure les nombreuses entreprises suisses de sous-traitance seront touchées par ce changement ? Pour rester fournisseurs de l’automobile, il est fort probable que toutes les entreprises suisses devront :

• Faire certifier leur système de management selon le référentiel IATF. Fort heureusement ce référentiel est une extension de la norme ISO 9001:2015, mais avec des exigences opérationnelles spécifiques.
• Faire auditer leur système par des auditeurs eux-mêmes certifiés IATF. L’accent est mis ici sur le professionnalisme et la valeur ajoutée des auditeurs internes et externes qui devront être spécifiquement formés aux exigences IATF.

En résumé, le professionnalisme avec lequel l’industrie automobile veut faire valider ses activités de production sera plus fortement soutenu par des auditeurs pouvant démontrer des connaissances et compétences techniques notamment dans le traitement statistique des données. Attention ! dès le 1er octobre 2018, toute nouvelle certification dans le domaine automobile devra se faire en tenant compte du référentiel IATF et non plus celui d’ISO/TS.

Vous avez dit « CAPA » (Corrective actions and preventive actions)

Publié le lundi 2 octobre 2017

Les pratiques de l’industrie pharmaceutique peuvent parfois faire progresser l’ensemble des autres organisations. En effet, pour les « pharma », le processus du traitement des actions correctives et préventives représente bien souvent le cœur même de leur système de management voire le fil conducteur de l’Excellence opérationnelle.

Le constat est donc clair: Les actions correctives ou préventives peuvent toucher toutes les activités essentielles: les réclamations, le choix des indicateurs, les audits, les fournisseurs, l’équipement, la gestion des changements, la gestion de la documentation, la gestion des compétences et les plans de formation. Malheureusement le traitement du non-conforme n’est souvent pas considérer comme une source d’améliorations mais plutôt comme une punition. Dommage car la voie de l’amélioration n’est en rien une punition.

ISO 9001 pour un management efficace

Publié le lundi 4 septembre 2017

Il y a tout juste deux ans, l’organisation ISO lançait une nouvelle version de sa norme managériale. Très vite, les organisations ayant adopté ce standard ont réalisé qu’elles faisaient désormais face à bien plus qu’une norme. ISO 9001 est devenu après plus de 20 ans un remarquable recueil de bonnes pratiques. Petite ou grande, privée ou publique, toute organisation peut bénéficier des « conseils » (ou des exigences à remplir pour ceux qui veulent être certifiés) proposés par ce référentiel.

Mais en quoi la norme ISO 9001 est-elle si différente aujourd’hui ? Voici quelques éclairages :

Cette liste loin d’être exhaustive permet de se faire une bonne idée des orientations hautement profitables de la norme ISO 9001. Mais dans quel camp êtes-vous ? Celui du pessimiste qui dit : Je croirai quand je le verrai ou de l’optimiste que dit : Je le verrai quand je le croirai ?

Quelques citations inspirantes pour votre été

Publié le mercredi 2 août 2017

L’été est parfois propice aux réflexions joyeuses voire aux envolées lyriques. En voici quelques-unes de personnages célèbres:

«La connaissance s’acquiert par l’expérience, tout le reste n’est que de l’information.»
~ Albert Einstein

«Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement.»
~ Francis Blanche

«S’il est bon de ne rien dire avant de parler il est encore plus utile de réfléchir avant de penser.»
~ Pierre Dac

«Quand une idée est dans l’air, il faut se méfier.»
~ Alphonse Allais

«Une mauvaise expérience vaut mieux qu’un bon conseil.»
~ Paul Valéry

«Aujourd’hui on ne sait plus parler, parce qu’on ne sait plus écouter.»
~ Jules Renard

«Rien n’est stupide comme vaincre ; la vraie gloire est convaincre.»
~ Victor Hugo

«Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.»
~ Jean-paul Sartre

«On ne doit pas accorder sa confiance à quelqu’un qui ne sourit jamais.»
~ Henry de Montherlant

«Il y a quelque chose à dire en faveur de l’exception, pourvu qu’elle ne veuille jamais devenir la règle.»
~ Friedrich Nietzsche

La qualité : aussi chahutée par la digitalisation ?

Publié le mardi 4 juillet 2017

Les responsables de la digitalisation veulent changer le monde car, pensent-ils, l’information à leur disposition pourra leur permettre de mettre à plat les processus de réalisation. Utopie ou réalité imminente ? Alors que les robots faisaient peur aux cols bleus, ce sont aujourd’hui les métiers de médecins, banquiers et assureurs, pour ne prendre que quelques exemple,s qui voient leurs activités totalement bouleversées par la digitalisation du savoir.
Aujourd’hui dans la plupart des métiers, et ceux liés à l’amélioration de la qualité ne font pas exception, lorsqu’il s’agit de résoudre un problème ou de répondre à une question, trois pistes sont habituellement utilisées :

Finalement, quelle place restera-t-il encore pour le spécialiste soudainement mis en compétition avec un savoir universel à la portée des robots comme des humains ?
Si le savoir n’est plus forcément l’élément déterminant détenu par le spécialiste, on observe que ceux-ci développent leurs capacités à tenir des rôles particuliers pour résoudre des problèmes. Cela explique l’explosion des travailleurs indépendants. Deviendront-ils tous des facilitateurs, des coaches, des motivateurs, ou des organisateurs ? L’avenir le dira.

« Newsletters plus anciennes

Veuillez laisser ce champ vide.

11.2017Industrie automobile : renforcement des contrôles ?
10.2017Vous avez dit « CAPA » (Corrective actions and preventive actions)
09.2017ISO 9001 pour un management efficace
08.2017Quelques citations inspirantes pour votre été
07.2017La qualité : aussi chahutée par la digitalisation ?
06.2017Est-il efficace d’apprendre toujours dans les mêmes conditions ?
05.2017Du nouveau : gestionnaire en management environnemental
04.2017Nouvelle formation Responsable système de management intégré - TQ3
03.2017Dans quelle mesure le sommeil influence notre capacité à apprendre ?
02.2017Présenter ses soft-skills : en plus de son CV ?
01.2017Des audits internes utiles
12.2016High mix low volume
11.2016Traduire l’agilité par l’accélération du développement
10.2016Qualité et Innovation : Si proche dans l’organisation mais si différent dans la gestion
09.2016Assurer la qualité des services : une démarche essentielle
08.2016Le voyage parfois bosselé vers l’Excellence
07.2016Les signes d’une culture qualité insuffisante
06.2016Planète foot
05.2016Ne jamais abandonner
04.2016La 4ème révolution industrielle
03.2016Tendance FIT
02.2016Satisfaction client : la bonne mesure ?
01.20162016 : année SST ? (Santé et Sécurité au Travail)
12.2015Statistiques contemporaines