Accueil Page FacebookPage LinkedIn

telephone +41 24 423 96 50 | Horaires

Newsletters

« Newsletters plus anciennes | Newsletters plus récentes »

Hoshin Kanri, outil visuel de pilotage du SMQ et de la gestion d’entreprise

Publié le vendredi 4 juin 2021

Hoshin Kanri, outil visuel de pilotage
du système de management qualité ISO9001 et de la gestion d’entreprise

Dans un contexte économique en pleine mutation où les exigences des clients doivent se comprendre et se décliner à tous les niveaux de l’organisation, la norme EN ISO 9001 depuis la version 2015 prône des liens forts entre management de la qualité et stratégie de l’entreprise.

Depuis cette nouvelle version, de nouvelles exigences sont maintenant présentes telles que le contexte de l’organisation, l’analyse des parties prenantes, la gestion par processus et l’approche de gestion par les risques.
La mise en place d’un système de management de la qualité répond désormais ainsi à l’opportunité d’élaborer et de déployer la stratégie de manière pragmatique et efficace.

La planification de la qualité et de ses objectifs est maintenant un élément logique intégré aux autres processus.
Une question revient régulièrement aux oreilles de la direction et du responsable du système de management :
Comment faire pour structurer et cascader de manière efficace les KPI stratégiques dans une organisation, et communiquer efficacement sur les plans d’actions associées ?

La méthode Hoshin Kanri apporte une réponse à ce besoin étant donné que c’est un véritable système de planification des activités de gestion aligné sur les objectifs stratégiques.

 

Que veut dire Hoshin Kanri ?

 

Pour mieux comprendre le sens de ce terme japonais, voici quelques définitions souvent associées au terme Hoshin Kanri :

Cette méthode a été développée dans les années 50’s au Japon et ensuite, articulé avec l’outil de la matrice en X dans les années 60’s par Bridgestone, Toyota.

Aujourd’hui, c’est un outil simple, visuel et standard de planification stratégique qui provient d’un héritage en amélioration continue et du contrôle des succès obtenus.

Il permet de déployer et de maintenir de manière systématique des objectifs dans les activités opérationnelles, de réaliser et prioriser des projets ou chantiers d’amélioration structurés qui s’intègre facilement dans les processus clés et fortement influencés par l’approche PDCA de Edward Deming et la gestion par objectifs de Peter Drucker, que l’on retrouve dans la norme ISO9001.
La méthode Hoshin Kanri est clairement un moyen de diriger les efforts sur certains résultats à court terme, ceux-ci aligné sur des cibles stratégiques long terme pour apporter des changements majeurs et réaliser des percés dans un environnement compétitif et complexe.

Cette méthode ne vit pas seule, elle s’intègre avec un processus stratégique à la croisée de la gestion de l’entreprise et de la gestion des risques.

Au-delà de la maîtrise de l’amélioration continue des processus, cette méthode permet de mieux prévoir les résultats.

 

C’est un processus qui permet de :

 

Lire la suite

Comment choisir le bon eQMS ?

Publié le jeudi 6 mai 2021

Comment choisir le bon eQMS ?

Alors que les outils informatiques ne cessent d’augmenter dans nos entreprises, nombreuses sont celles qui gèrent des outils variés et pas toujours compatibles. D’autres organisations sont bien en possession de solutions digitales harmonisées mais récoltent aujourd’hui les conséquences de choix parfois précipités…

Qu’est-ce qu’un eQMS ?

L’eQMS (electronic Quality Management System) est une solution de digitalisation de système de management. Un projet de mise en place d’eQMS, peut apporter une amélioration notable en matière de qualité d’une organisation.
Il ne faut en aucun cas confondre vitesse et précipitation.

A quoi ça sert ?

Une solution de logiciel eQMS aide à maîtriser les processus métiers pour assurer la qualité et la conformité tout au long de la chaîne de valeur. Les bénéfices d’une telle initiative s’avèrent excellents, lorsque les phases de recherche, d’étude, et de test ont pu arriver à leurs termes.

La digitalisation maîtrisée d’un système de management de la qualité contribue notamment à :

C’est une démarche qui concerne l’entreprise et les systèmes de management dans sa totalité.

Pas si facile de faire son choix…

L’offre des solutions d’eQMS est large et le choix ne s’avère pas toujours facile. Le marché varie en fonction du domaine d’activité, de la taille de l’entreprise, des fonctionnalités, et de nombreuses autres caractéristiques tel que le coût financier et son retour sur investissement, les compétences et ressources compétentes, disponibles en interne. Avant de vous lancer dans un tel projet, une étude comparative entre plusieurs logiciels s’avère nécessaire. Dans cette optique et afin de vous aider, voici

quelques exemples de critères de sélection :

– Les fonctionnalités  fournies par ces logiciels peuvent être nombreuses.

En voici quelques exemples :


– L’ergonomie du logiciel

L’eQMS a pour but de faciliter le management de la qualité et par conséquent la gestion documentaire. Pour cela, rien de mieux que de vérifier la facilité d’accès et de protection des informations documentées. Plus le logiciel sera ergonomique et intuitif, plus il facilitera la gestion de la qualité au quotidien.


– Les mises à jour du logiciel

 


– L’accompagnement proposé
(formation « digitale» par exemple)

 

Margot Medjo’o – Responsable en systèmes de management qualité

Titulaire d’un diplôme de responsable Qualité, Sécurité & Environnement (QSE) et d’un master en gestion des risques, Margot Medjo’o a débuté dans l’industrie pharmaceutique d’abord en tant qu’agent de production puis en intégrant le service santé & sécurité. Elle a ensuite rejoint l’industrie papetière comme coordinatrice QSE et responsable sécurité. Elle est spécialisée dans la mise en œuvre des systèmes de management touchant les certifications IFS HPC, OHSAS 18001, ISO 14001 et ISO 9001 v.2015.

 

 

comment protéger les implants médicaux des environnements hostiles ?

Publié le jeudi 1 avril 2021

Ariaq et Coat-X au cœur de l’innovation : comment protéger les implants médicaux des environnements hostiles ?

Un des grands défis de l’industrie des implants médicaux est d’apporter une solution de protection de l’implant une fois introduit dans le corps ou en contact avec le corps.

Rappelons que dans l’organisme, il peut se produire des réactions électrochimiques.
Les liquides biologiques sont des milieux électrolytiques, qui assurent la conductivité ionique.
Certaines caractéristiques physico‐chimiques de ces milieux, telles que le potentiel d’oxydoréduction, la conductivité électrique, et le pH, ont une très grande influence sur les phénomènes de corrosion.

Il existe un procédé innovant assurant une encapsulation des implants qui consiste à appliquer une couche ultramince de protection. Ce revêtement combine généralement des couches organiques et/ou inorganiques déposées via un processus de dépôt chimique en phase vapeur modifié.

Par exemple, une multicouche de 10 microns qui alterne des films minces en céramique dense et en parylène, crée une barrière hermétique et biocompatible qui est utilisée pour encapsuler des dispositifs médicaux.

Ce procédé peut être utilisé pour de nombreuses applications telles que :

De tels procédés multicouches peuvent être jusqu’à 1’000 fois plus étanches qu’une couche simple de parylène d’épaisseur équivalente (et généralement 10’000 fois meilleure qu’une couche d’époxy). Le dépôt du revêtement se fait à température ambiante, ce qui n’altère pas les propriétés des pièces ainsi protégées.

Ces nouveaux procédés peuvent aussi être utilisés dans différents types d’industries, tel que :

L’ARIAQ travaille en partenariat avec la société Coat-X, spécialisée dans ces nouvelles technologies de revêtement. Une formation conjointe sur les revêtements de protection des implants médicaux sera proposée prochainement.

Des informations complémentaires se trouvent sous :
https://www.devicemed.fr/dossiers/sous-traitance-et-services/traitement_surface/un-film-multicouches-beaucoup-plus-hermetique-que-le-parylene/22669?utm_content=article&utm_medium=mail&utm_campaign=newsletter-20200423&utm_source=newsletter

 

Laurent Droz responsable Formation et Conseil en Dispositifs Médicaux
Ingénieur en mécanique & Six Sigma Black Belt, Laurent a une expérience de plus de 25 ans dans l’industrialisation et dans la qualité, dont plus de 20 ans dans l’industrie médicale. Il a pu mettre en place plusieurs systèmes de management de la qualité selon les référentiels ISO 9001 & ISO 13485 ainsi que la mise sur le marché de DM de classes I à III (actif). Il est en charge des formations ARIAQ dans le domaine des dispositifs médicaux, de la qualité et de l’amélioration continue.

 

 

 

DEMAND DRIVEN OU COMMENT AMORTIR L’EFFET COUP DE FOUET DANS UN FLUX LOGISTIQUE. MIRACLE OU REALITE ?

Publié le mercredi 3 mars 2021

DEMAND DRIVEN OU COMMENT AMORTIR L’EFFET COUP DE FOUET DANS UN FLUX LOGISTIQUE. MIRACLE OU REALITE ?

 

1 – BUFFERS, VARIABILITÉ, AGILITÉ

Si vous avez une certaine expérience en Supply Chain, vous savez que le quotidien est fait de surprises : la machine est en panne, un composant est en rupture, le fournisseur est en retard, car saturé ou informé trop tardivement, une commande urgente vient de tomber et un changement de priorité s’impose, un lot est bloqué pour cause de problème qualité, un collaborateur-clé dans la chaîne logistique est malade – et parfois tout cela à la fois…

Cela vous semble familier ? Quels que soient les efforts Lean & 6 Sigma déployés pour réduire la variabilité et accroître la réactivité, celles-ci sont et resteront omniprésentes. Il faut par conséquent associer selon les cas, d’autres leviers d’agilitéPour assurer la continuité de nos flux et l’agilité de nos réponses au marché, il nous est nécessaire de positionner dans notre système des amortisseurs « BUFFER », qui vont permettre d’absorber une partie de la variabilité.

Essayer de synchroniser ou équilibrer précisément toutes nos opérations, quelle que soit la sophistication de la technologie mise en œuvre, est un leurre. Nous visons dans un mode imparfait, riche en surprises, riche en incertitudes !

Si vous êtes intéressés pour en savoir plus sur l’application industrielle du DDMRP par le biais d’un retour d’expérience (après lecture de notre lettre technique !), nous vous invitons à vous inscrire à notre prochain visioconférence dédiée au ‘DDMRP’, le lundi 29 mars de 14h30 à 16h00,

Lien d’inscription à la visioconférence organisé par ARIAQ & son partenaire Demand Driven Technologies Europe : Cliquez ICI 

Lire la suite

Les exosquelettes, font-ils de nous des robots ?

Publié le mardi 9 février 2021

Les exosquelettes, font-ils de nous des robots ?

L’ergonomie en Suisse :

Les salariés suisses accumulent de plus en plus de jours d’arrêt pour maladie. Selon les chiffres de l’Office fédéral de la statistique (OFS), ces absences sont passées de 176 à 215 millions d’heures entre 2007 et 2017 et un tiers de l’ensemble des journées d’absence est dû à des troubles musculo-squelettiques. A lui seul, l’absentéisme pour troubles de l’appareil locomoteur, provoqués par des conditions de travail peu favorables, coûte environ un milliard de francs par année aux entreprises.

L’ergonomie ne se préoccupe pas seulement de l’adaptation des équipements de travail aux dimensions corporelles ; elle s’intéresse aussi à une organisation du travail à mesure humaine ainsi qu’au contenu et à l’environnement de travail.

Selon les bases légales – OLT 3 et ordonnance sur la prévention des accidents et des maladies professionnelles – l’employeur est tenu de veiller à l’adéquation des postes de travail aux critères ergonomiques.

www.seco.admin.ch/seco/fr/home/Arbeit/Arbeitsbedingungen/gesundheitsschutz-am-arbeitsplatz/Ergonomie.html

En général, on observe que la mise en place de mesures ergonomiques constitue trois atouts majeurs :

En réduisant de manière significative les absences, les solutions ergonomiques sont donc autant profitables pour les employés que pour les employeurs.

Les exosquelettes, une solution ergonomique en plein essor :

Un exosquelette ou squelette externe est une structure externe artificielle et portable pouvant soutenir les personnes et les protéger contre des influences externes.

https://www.cea.fr/multimedia/Pages/videos/culture-scientifique/technologies/histoire-des-exosquelettes.aspx

C’est en 1960 que les premiers tests d’exosquelettes sont lancés pour répondre à des problématiques de handicap, mais aussi pour aider des personnes valides dans des travaux difficiles du domaine industriel.

Dans les années 2000 en Suisse, un 1er exosquelette fixe a été créé pour permettre aux patients en rééducation de marcher à nouveau. Par la suite, l’agence de recherche du département de la défense des États-Unis lance un programme de recherche d’exosquelette à usage militaire, dynamisant ainsi les avancées technologiques du domaine. Celui-ci connaît un essor fulgurant à partir de 2010, notamment dans les centres de rééducation et sur les chantiers.

 

Aujourd’hui, avec les progrès technologiques, les exosquelettes ne cessent de prendre de l’ampleur dans les domaines de la santé (patients et personnel soignant), de l’industrie, de la défense et des services (exemple de La Poste).

Dans le milieu professionnel, les exosquelettes permettent de répondre à de nombreuses contraintes physiques telles que :

Selon les problématiques à résoudre, il existe plusieurs types d’exosquelettes :

 

Image 3 : c’est le plus petit exosquelette au monde.

 

Lire la suite de l’article 

 

Margot Medjo’o – Responsable en systèmes de management qualité

« Newsletters plus anciennes | Newsletters plus récentes »

    11.2022Le développement durable est incontournable
    09.2022Les nouvelles formations sur les Dispositifs Médicaux (DM) dispensées chez ARIAQ
    08.2022Les ordres de fabrication et leur ordonnancement
    07.2022Identification unique des Dispositifs Médicaux (IUD)
    03.2022Standardiser votre environnement de travail avec la méthode 5S
    02.2022Nouveau règlement relatifs aux dispositifs médicaux (UE 2017/745)
    12.2021La définition du Big Data et ses enjeux !
    10.2021La méthode Kanban, ses principes et ses pratiques !
    09.2021La gestion du risque et l’outil AMDEC
    07.2021Le Modèle d’excellence EFQM®
    06.2021Hoshin Kanri, outil visuel de pilotage du SMQ et de la gestion d’entreprise
    05.2021Comment choisir le bon eQMS ?
    04.2021comment protéger les implants médicaux des environnements hostiles ?
    03.2021DEMAND DRIVEN OU COMMENT AMORTIR L’EFFET COUP DE FOUET DANS UN FLUX LOGISTIQUE. MIRACLE OU REALITE ?
    02.2021Les exosquelettes, font-ils de nous des robots ?
    01.2021RSE, CSR, Quèsaco ?
    12.2020Sélection et homologation des fournisseurs, un nouveau challenge !
    11.2020Le savez-vous ? La profitabilité de l’échantillonnage en Contrôle Qualité dans le domaine humanitaire !
    10.2020Le savez-vous ? La planche de Galton a fêté ses 110 ans !
    08.2020QQOQCPC ? C’est quoi ?
    07.2020Plaisir & Performance durable : les leviers motivationnels du bonheur au travail
    06.2020Ah ! ces statistiques (Part. 2)
    05.2020Facilité la reprise
    04.2020COVID-19